Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site

les vergers du pays de monein

la pêche roussanne

 

Extrait du compte-rendu de la société d'Horticulture des Basses-Pyrénées 1885

 

"Ces belles pêches dites roussannes reposaient sur un lit de feuilles de vigne, leur couleur d'un jaune intense était relevé par des teintes délicatement rosées et frappées d'un rouge vif ou vineux du côté de l'insolation.


Il se dégageait de ces amas de fruits, une odeur difficile à caractériser mais d'une suavité enchanteresse.


Devant de telles profusions, l'insertitude des membres du jury, dans le choix des récompenses à distribuer, reculait et leurs yeux éblouis se reportaient sans cesse à nouveau sur ces fonds colorés."

les origines des appellations des pêches du Sud-Ouest

L'appellation rossanne ou roussanne apparaît dans les pomologies pour un petit nombre de pêches, toujours caractérisées par leur chair jaune et leur épiderme orangé, fortement coloré de carmin.


En fait roussanne est formé de "Ros, ou Roux" qui a donné rossan et rossana, terme occitan attaché spécifiquement aux fruits, et qui est semble-t'il, d'origine languedocienne ou provencale. Il désigne une couleur roussâtre ou jaune.


Mr André Leroy accompagne la description de la pêche "rossanne" de trente-trois synonymes. Il donne au mot l'origine latine russus, russeux (roux) qui s'applique à un petit  groupe de pêches à peau roussâtre dont l'une d'entre-elles, appelée dès le  XVIIe siècle roussanne d'hiver, était une nectarine jaune.

Il précise que la variété roussanne qu'il décrit aurait été introduite à Paris depuis le Languedoc en 1540, sous l'appellation d'Alberge jaune.

Il faut rappeler que le Languedoc de cette époque là était plus occidental que maintenant. Cette Alberge trouverait son origine en Espagne, du fait même de sa parenté avec le terme Alberchigo, qui n'est autre que la dénomination ancienne de la pêche en espagnol, ce terme résultant de l'arabisation du latin persica.


Entre 1885 et 1891, la société d'Horticulture des Basses-Pyrénées, à l'époque reviendra plusieurs fois sur une variété qui a rendu célèbre une village du Béarn, la roussanne de Monein. A cette époque et la tradition ne s'est pas perdue depuis, la commune de Monein organisait généralement le premier dimanche d'août, les fêtes patronales dite foire aux pêches et aux raisins.

 

La société d'Horticulture tenait à préciser que fréquemment, dès cette époque, plusieurs variétés de fruits à chair jaune étaient proposés à la place de la véritable pêche de Monein, telle la Jaune de Bordeaux, la Jaune de Mezens, la pêche de Montauban, la pêche de Gaillac, la Double Jaune de Pourville, mais "aucune n'égalait la pêches Jaune de Monein, en grosseur, perfection des formes et richesses de coloris."

...............................

....... un projet de relance de cette pêche a été élaboré .......

En 1939, la station de recherche fruitière de l'INRA de Bordeaux, commença l'introduction de collection de variétés de pêches, dont la célèbre roussanne de monein.


L'étude de cette pêche réalisée par un ingénieur H. Caillavet, qui a décrit les caractéristiques propres de cette variété en allant de l'origine et l'historique, aux caractères morphologiques de cette roussanne de monein, tous ces éléments réunis dans une pomologie de 1950.

le verger  en fleur